On le sait déjà, Nicolas Sarkozy n'est pas un fervent protecteur de la vie privée. Grâce à lui, une loi passée en 2003 alors qu'il était ministre de l'intérieur permet aujourd'hui de ficher l'ADN de gamins d'une dizaine d'années qui ont par malheur dérobé des balles rebondissantes et tamagotschis dans un magasin [1]. Mais bon, tout comme la pédophilie [2], le vol de balles rebondissantes et de tamagotschis doit aussi provenir des gènes, et cela est par conséquent indépendant de notre volonté. La seule solution est donc de ficher tous ces gens là. Au-delà de ce cas extrême, le problème reste entier : aujourd'hui pour le moindre dérapage, on est enregistré dans un fichier. Cela a même valu au candidat UMP un prix Orwell en 2004 [3], et un autre en 2005 pour « l'ensemble de son oeuvre ».

C'est un peu le même principe avec les DRM : on présuppose que tout internaute peut commettre des délits. À ce sujet, sans revenir sur mes précédents articles qui soulignent notamment l'implication de Nicolas Sarkozy dans la réforme sur les droits d'auteur et droits voisins dans la société de l'information et l'incompétence notoire de Renaud Donnedieu de Vabres, je suis tombé sur les propos de Laurent Wauquiez (député UMP qui a joué lui aussi un beau rôle dans la DADVSI) parlant au nom du candidat UMP : « Les fournisseurs d'accès à Internet (FAI) peuvent filtrer le Net et refuser l'accès aux sites, aux éléments qui sont attentatoires aux droits d'auteur » [4]. Voilà la solution à tous nos problèmes.

L'avenir de nos libertés sur Internet ne semble donc pas totalement rose. Le parti de Nicolas Sarkozy annonce « affirmer [son] attachement aux droits d’auteurs et droits voisins » dans son programme législatif [5]. Il n'est donc pas question de remettre la loi DADVSI en question, alors même que la Ligue Odébi a mis en ligne une copie du rapport Cédras [6], commandé par le ministère de la culture à un professeur de droit pénal, qui indique notamment qu'il est impossible de filtrer internet, que la riposte graduée (qui a récemment été mise en place par une circulaire et qui vise à sanctionner les téléchargements par des amendes progressives) est totalement inapplicable et qui établit plus généralement l'inutilité de cette loi et l'instabilité juridique qu'elle entraine pour les développeurs de logiciels (libres ou non) comme pour les particuliers. Ce rapport est un peu long mais très instructif, d'autant plus que l'enquête a été faite sous les ordres du ministère et que par conséquent on ne pourra pas taxer son contenu d'être abusif.

C'est pour cette raison que j'irai voter demain. Ce sera un vote de barrage. Mais j'ai bien peur qu'il ne barre pas grand chose.

[1] Le journal du dimanche au quotidien, Vol: Fichés à 8 et 11 ans ?, 5 mai 2007
[2] Philomag, Nicolas Sarkozy et Michel Onfray - CONFIDENCES ENTRE ENNEMIS, mars 2007
[3] Big Brother Awards sur Wikipedia
[4] Matin plus, le P2P en campagne (p.10), 9 mars 2007
[5] Programme législatif de l'UMP, p.63
[6] Rapport Cedras